Althea Gibson, la joueuse qui a mis fin à la ségrégation des noires (s) au tennis

alt
Althea Gibson, la joueuse qui a mis fin à la ségrégation des noires (s) au tennis

Longiligne et athlète, Althea Gibson n’est pas oubliée de l’histoire. Première joueuse noire de tennis à s’imposer au Roland-Garros et a participé à l’US Open, elle a lutté contre la ségrégation raciale au tennis aux Etats-Unis.

Joueuse américaine de tennis des années 1950, Althea Gibson fût la première femme noire à remporter en 1956 le Roland-Garros douze ans avant Arthur Ashe chez les hommes et plus de quarante ans avant les sœurs Williams.

Tenniswoman professionnelle mais aussi golfeuse, Althea est née le 25 août 1927 à Silver en Caroline du Sud aux Etats-Unis et est décédé à l’âge de 76 ans à East Orange dans le New Jersey.

Droitière sur le court de tennis, Althea Gibson est la première femme noire et joueur homme comme femme de sa race a gagné non seulement en 1956 le Roland-Garros en simple femmes mais aussi en doubles femmes avec sa partenaire Angela Buxton.

 L’année suivante, elle remporta le grand tournoi du monde, le doublé Wimbledon-Internationaux des Etats-Unis et a été élue deux fois meilleure athlète de l’année par Associated Press. Elle a gagné au total 11 tournois du Grand Chelem.

Mais pour en arriver là, l’africaine-américaine a dû combattre le racisme et les discriminations de la Fédération américaine de tennis. A la fin de 1940, le tennis était ségrégé aux Etats-Unis. Il y a donc des tournois pour les noirs et les tournois pour les blancs.

En 1947, Althea Gibson va mener un combat pour avoir le droit de participer aux tournois réservés uniquement aux blancs. Elle obtient finalement gain de cause en 1950 puisqu’elle eu le droit de s’aligner à l’US Open, devenant le premier joueur de tennis noir homme comme femme à jouer ce tournoi.

Elle ne cessera plus alors de participer à ces tournois de blancs, essuyant les insultes des spectateurs et même de certaines joueuses refusant de lui serrer la main à l’issue des rencontres.

Cependant, Alice Marble joueuse de tennis comptabilisant 18 Grand Chelems, Dr Hubert Eaton et Dr Johnson, deux éminents militants pour les droits civiques l’ont pris sous leurs ailes et l’ont accompagné dans sa lutte contre le racisme et les discriminations en l’encourageant à s’inscrire aux différents tournois destinés aux blancs.

La première joueuse afro-américaine ayant remporté plusieurs tournois est née il faut le notifier dans le Sud ségrégationniste des Etats-Unis et a découvert le sport de la petite balle dans la rue à l’âge de 13 ans.

« Tout a commencé quand on jouait au padel [sport de raquettes sur terrain plus petit que le tennis] dans la rue, sponsorisé par la Police Athletic League, avec deux raquettes et une balle en éponge, un petit court et un petit filet »a expliqué Althea Gibson en 1989 à la BBC a rapporté le Monde.

Grande sportive marquée par les esprits, elle a plusieurs statuts a son effigie. En 2019, dans son pays, la Fédération de tennis des Etats-Unis a dévoilé un buste d’Althea Gibson émergeant d’un bloc de granite.

D’après le site d’information le Monde.fr, « Il était temps, parfait ! » s’est exclamé Angela Buxton, amie et partenaire de jeu de la joueuse. Elle a également déclaré : « Je pense que pour plus de 50 % des gens, ça sera une révélation, parce que dans mon pays [l’Angleterre], ils ne s’en souviennent pas du tout. Elle a accompli un grand travail pour améliorer la place des Noirs. Même avec les deux parades triomphales qui ont eu lieu en son honneur, elle n’était toujours pas autorisée à aller dans un hôtel où les Blancs dormaient ni de boire dans une fontaine où les Blancs buvaient, mais elle a aidé à combattre cet état de fait. ».

Marquée par les esprits, les différents sites d’information qui parlent d’elle la définissent comme, celle qui a inspiré beaucoup de générations de joueuses et a honoré les noirs aux tournois des blancs en son temps.

En 2016, soixante ans après sa première victoire en Grand Chelem, Serena Williams qui fut la première afro-américaine depuis Gibson à remporter un tournoi du Grand Chelem à l’US Open en 1999, rendit hommage à son aînée à Roland-Garros « Althea m’a donné du bonheur et la fierté d’être noire. (…) Elle a été pionnière pour tout le tennis, pas seulement féminin. ».

Passionnée du golf, la tenniswoman de l’histoire a aussi mené des combats dans cette discipline. Mais le sport qui l’a fait connue et l’a révélé au monde est le tennis.

Althea Gibson a participé à plusieurs tournois lors desquels, elle s’est toujours imposée.

N’ayant pas connue la maternité, Althea a connu deux époux : Will Darben ( pendant onze ans) et Sydney Llewellyn (05 ans).  

A part le golfe, elle s’est donnée à d’autres activités mais quitte le circuit professionnel tennistique en 1978 et s’est mis à se battre pour promouvoir le tennis dans des quartiers défavorisés et prend en charge plusieurs joueuses telles que Zina Garrison.

 

Autres Mag